Refondation – Le parti ADN présente son ouvrage sur le fédéralisme « sahaza »

La refondation est une voie incontournable pour redresser le pays et parvenir à un développement durable. Cela passe par un changement de structure étatique. Dans un ouvrage présenté hier, le parti ADN expose le cheminement de la refondation nationale qu’il propose sur la base d’un État fédéral « sahaza ».

Que la lumière soit. » C’est un extrait de la genèse que le parti Arche de la Nation – Antoka sy dinan’ny Nosy a choisi pour être l’un des « messages forts », de l’ouvrage qu’il vient de publier. Publication intitulée Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana ? Ahoana ? , ou en traduction libre Refondation nationale – Fédéralisme approprié : Pourquoi ? Comment ? .
Présenté officiellement hier, lors d’une cérémonie au dôme RTA à Ankorondrano, l’ouvrage qui compte 161 pages, est rédigé par Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti ADN et son équipe. Leur objectif est d’ « éclairer » les lecteurs et la population et les guider sur la voie de la refondation nationale. Une refondation qui « ne peut se faire sans changement de structure étatique », comme l’affirme l’ancien candidat à la présidentielle.
Le livre explique ce cheminement sur la base de trois questions : « Pourquoi doit-on faire une refondation, à Madagascar Quelles sont les raisons qui empêchent le développement de Madagascar Comment procéder à la refondation par le biais d’un fédéralisme approprié ».
Aussi, pour concrétiser cette nécessaire refondation de Madagascar, ce parti libéral propose le fédéralisme approprié.
« Une structure fédérale Sahaza [approprié] pour que cela ne soit pas une pâle copie de ce qui se fait ailleurs et non appropriée à Madagascar», explique le chef de file national du parti ADN. L’ouvrage explique ainsi que le modèle fédéral proposé sera composé d’un État-nation.
Des États-régions qui s’attèleront au développement de leurs habitants, à leur sécurité, ou encore à la défense de leur intérêts et la gestion de leur richesses. « Que chacun soit le gardien de son étang », soutient Edgard Razafindravahy, actualisant la célèbre expression du roi Andrianampoinimerina « la mer est la digue de mon étang ».

Une nation unique

Toutefois, le parti ADN souligne que l’État fédéral « sahaza » ne remet nullement en cause le fait que Madagascar est « une nation unique».
Au contraire, selon la formation politique, « l’État-région préservera comme la prunelle de ses yeux, la souveraineté et l’unité de la nation malgache ». Ce qui implique une monnaie unique, une armée unique, un drapeau unique et une diplomatie unique, gages de « l’unité nationale » et qui prévaudront sur tout le territoire de Madagascar.
Cependant dans son ouvrage, le chef de file du parti ADN soulève que la situation actuelle de la Grande île prouve que le système d’État unitaire, appliqué durant ces deux cents dernières années, est inefficace. « Le fédéralisme ou le chaos », scande-t-il, pour dire que la refondation par le biais d’un système fédéral approprié permettra à Madagascar de s’extirper du bourbier de la pauvreté et du cercle vicieux des crises, ainsi que de la mainmise d’une minorité nationale et étrangère sur ses ressources. Pour qu’il n’y ait plus d’endroits ou de citoyens laissés pour compte.

Incontournable

Le livre Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana Ahoana développe que la refondation par la mise en place d’une structure fédérale appropriée est incontournable parce que le contexte national et international dans lequel baigne Madagascar, l’impose. Elle permettra de renforcer la légitimité des dirigeants et des instances étatiques, soutient Rina Rasoava. L’ouvrage explique comment parvenir à réconcilier la population avec la terre.
Pour la justice, par exemple, la mise en place des « justices foraines », impartiales, avec des « jurés », permettra de lutter contre la corruption et de rétablir la confiance des justiciables. Redorer l’image et l’efficience de l’armée et des forces de l’ordre figure également dans les objectifs, tout comme la concrétisation du plein accès à une éducation efficace et gratuite. « Le but sera de former des citoyens à la tête bien faite et non pas bien pleine », insiste-t-on.
L’ouvrage indique ce qu’est la nouvelle politique proposée par l’Arche de la nation, pour mettre fin au délestage. Celle de la gestion des ressources naturelles y est aussi exposée, pour que les exploitations soient au bénéfice de la population et aient son adhésion. En fait, le livre qui a été présenté hier, décrit comment la refondation permettra à Madagascar de défendre une ligne diplomatique « gagnant-gagnant», avec ses partenaires internationaux.

Courage

Dès le départ, le parti ADN s’est attaché à mettre l’homme et son bien-être au centre et à la finalité de toute action de développement. Dans ce sens, la formation libérale compte organiser des concertations par district pour réfléchir sur la concrétisation des principes proposés par l’ouvrage présenté, hier. La population locale sera également consultée sur la version du pacte social ou du texte fondamental qui prévaudra dans chaque État-région.
Toujours, pour affirmer ce respect de la voix de la base, « de hautes écoles du peuple » seront mises en place. Ouvertes à tous les citoyens sans distinction, elles seront
« les locomotives » de la réussite de la nouvelle structure à installer et de la refondation escomptée, explique l’ouvrage. La publication du livre est, par ailleurs, l’affirmation du courage du parti et de son chef de file à changer les choses. « L’on ne peut pas concrétiser la refondation sans en avoir le courage et avoir le courage de changer de système », soutient Edgard Razafindravahy.
Ce courage politique consiste aussi à proposer un programme clair et écrit à la population, lui soumettre un contrat social. « Le livre impose que ce qui y est écrit sera concrétisé », affirme l’ancien candidat à la présidentielle. Justement, questionné par les journalistes sur sa position vis-à-vis de la présidentielle, il a répliqué en déclarant que l’objectif du parti ADN est d’appliquer la refondation prévue dans son ouvrage, quelle que soit la nature de l’élection.

À partir de la base

« Seuls les Malgaches peuvent développer Madagascar et non pas les étrangers », c’est l’une des idées phares du fédéralisme « sahaza », que défend l’Arche de la nation. « Si nos richesses sont gérées comme il se doit, Madagascar atteindra l’autosuffisance économique », ajoute Rina Rasoava, membre du staff de la communication du parti ADN, dans son allocution d’hier. Il a ainsi expliqué les grandes lignes du livre Fanorenana ifotony – Federalisma sahaza : Nahoana Ahoana . Une entreprise qui ne pourra se faire, affirme-t-il, que par le biais de la refondation sur la base de la structure fédérale appropriée.
Le membre du comité central du parti libéral ajoute qu’à la base, l’idée de mettre en place une structure fédérale « sahaza », n’est pas celle du parti. « Le parti ADN a développé cette ligne, en réponse aux aspirations de la population locale recueillies durant ses multiples descentes sur terrain », soutient Rina Rasoava. La refondation que l’Arche de la nation compte concrétiser, se veut d’ailleurs partir de la base, pour faire en sorte que « la population locale, la base, soit le moteur du développement »

Textes : Garry Fabrice Ranaivoson – Photos : Ihandry Randriamaro

 

Venez adhérer à ADN