Marrakech-Maroc – Le parti ADN officialisé au sein de l’International libéral

La formation conduite par Edgard Razafindravahy fait, officiellement, partie de la grande famille de l’International libéral. Le chef de file du parti ADN a, par ailleurs, pris part à la COP22.

Confirmation. Après ses premiers pas internationaux lors de la 196e réunion de l’International liberal, à Tbilisi, Georgie, en mai dernier, le parti Arche de la nation – Antoka sy dinan’ny Nosy (ADN), vient d’être officialisé comme membre à part entière de cette fédération mondiale des formations politiques libérales.
L’accueil officiel du jeune parti libéral malgache dans la grande famille des libéraux du monde entier s’est déroulé à Marrakech, Maroc, lors de la 197e réunion de l’International liberal, à la fin de la semaine dernière. Cet événement confirme que le parti ADN a rempli les critères exigés par cette fédération mondiale qui consiste, entre autres, à prôner et défendre une politique où le bien-être de l’homme et de chaque foyer est la priorité.
La candidature de l’Arche de la nation au sein de l’International liberal a été fortement appuyée par le parti danois Venstre. Les représentants de cette formation libérale au pouvoir au Danemark, un pays qui caracole en tête des classements mondiaux en matière de bonne gouvernance, étaient à Madagascar, en février dernier, pour évaluer le pedigree du parti ADN et son engagement envers les préceptes libéraux. Une visite qui s’est soldée par la signature d’un partenariat entre les deux formations.
À la tête de la délégation de l’Arche de la nation, à Marrakech, Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti, mentionne que « cette officialisation au sein de l’International libéral est importante pour le développement du parti ADN et constitue un grand avantage pour ses membres. Cela démontre que nous sommes acteurs à part entière dans la mondialisation d’une pratique politique professionnelle ».

Relations internationales
« Faire partie de cette fédération mondiale permettra, également, à notre parti de maîtriser les relations internationales », ajoute le chef de file du parti. Comme en témoigne déjà l’’invitation d’Hakima El Haite, ministre marocaine de l’Environnement qui a permis à Edgard Razafindravahy de participer à la 22e Conférence des parties de la convention cadre des Nations-Unies sur le changement climatique (COP22), qui se tient, cette semaine, à Marrakech.
La participation à ce rendez-vous mondial sur le climat a permis à l’ancien Président de la délégation spéciale d’Antananarivo (PDS) d’affirmer que, sur la scène internationale, le parti ADN ne fait pas que suivre le sens des vagues mais doit affirmer ses idées et propositions dans l’optique du bien-être commun de la population malgache.
Durant la COP22, Edgard Razafindravahy a, également, eu des entretiens avec d’autres personnalités politiques. Outre la ministre de l’Environnement marocaine, le chef de file du parti ADN s’est, également, entretenu avec Farba Sarr, ministre de l’Aménagement des grandes villes sénégalaises.Durant cette rencontre, l’ancien PDS d’Antananarivo a mis en exergue que l’Arche de la nation « requiert la réconciliation des Malgaches avec leur terre ».
Dans son explication, le chef de file Razafndravahy a indiqué que « les Malgaches ne se sentent plus propriétaires de leurs terres, et n’ont plus conscience que c’est une richesse inestimable.»
Lors d’une autre rencontre, avec James Huang, représentant du Président taïwanais, Edgard Razafindravahy a mis en avant la nécessité d’élaborer une politique pour proposer une solution durable contre le changement climatique, à Madagascar, étant donné que les effets de ce fléau mondial ont de gros impacts dans la partie Sud de la Grande île, particulièrement.

Textes : Garry Fabrice Ranaivoson

 

Citoyens, allons défendre la Nation