L’ADN impressionne et acquiert un soutien massif de la base

Séduits par l’approche de l’ADN qui est venu leur rendre visite, les habitants de la région Betsiboka, où le parti était en tournée en début de semaine, ont manifesté leur soutien à la formation politique et à son chef de file, Edgard Razafindravahy.

Convictions pour le renouveau. Les nouvelles pratiques et cultures politiques visant à impliquer la population à partir de la base, séduisent. Les habitants du Betsiboka ont apprécié la démarche du parti Arche de la Nation conduit par Edgard Razafindravahy, et l’ont fait savoir. En tournée dans cette partie de l’île, l’ADN a reçu de multiples soutiens et a rallié un grand nombre de sympathisants à sa cause.
Ndimby Ramambason, opérateur économique résidant à Maevatanana, est venu assister à la réunion organisée par le parti et n’a pas hésité à exprimer publiquement sa conviction. « Je ne perds pas mon temps en venant ici. Cette approche de la politique, celle qui se soucie de la base est celle dont le pays a besoin », a-t-il souligné. « N’oubliez pas de revenir. Faites en sorte que ce ne soit pas votre première et unique visite chez nous », a-t-il poursuivi.

Chaque escale dans les différents districts de la région Betsiboka a été l’occasion pour l’ADN de rallier à sa cause et à son idéologie les habitants des localités visitées. « Nous cherchons des hommes politiques nouveaux, prêts à nous donner la main. Nous serons ravis de travailler avec l’ADN », annonce Benjamin Patrick, instituteur et conseiller communal à Ambolotarakely, Ankazobe. Idem pour Rakotosamimanana, notable habitant à Manerinerina, qui se dit « prêt à soutenir à 100% l’ADN ».

« Une volonté qui émane de l’amour »

12250821_1270273359665688_1200936411_o
Heureux de cette présence à laquelle ils ne s’atten­daient pas, les habitants des localités visitées n’ont pas non plus manqué d’exprimer leur reconnaissance aux leaders du parti ADN. « Vous êtes venus parce que vous avez de la volonté. Une volonté qui émane de l’amour que vous avez pour votre patrie et pour vos compatriotes. Nous sommes ravis que vous soyez là. Nous reprenons espoir », a tenu à souligner François d’Assise Andrianarifananina, maire de la commune rurale de Fiadanana, district d’Ankazo­be. « Nous sommes tous avides de développement, nous souhaitons améliorer notre
quotidien, et c’est la raison pour laquelle nous sommes ici. Nous vous connaissons. Nous connaissons votre engagement. Nous sommes prêts à discuter avec vous car nous comptons sur vous », a-t-il ajouté.
À Manerinerina, Rakoto­samimanana, notable local, n’a pu cacher son émotion. « Aucun dirigeant n’est jamais venu s’enquérir de ce que nous vivons ici. Mais vous, vous êtes venus, et c’est avec émotion que nous vous accueillons chez nous. Avec espoir aussi », a-t-il souligné.
Et de l’espoir, Edgard Razafindravahy en a eu à revendre. « Je vous promets qu’en moi, vous trouverez un aîné, un grand frère qui est prêt à vous écouter, à partager et à discuter avec vous, à vous aider et à vous soutenir », a-t-il souligné. De quoi rassurer les citoyens venus nombreux à chaque escale de la tournée Nord-Ouest du parti. « Aucun homme politique n’a jamais tenu pareil discours. Les promesses sont dépourvues de toute démagogie. Les chefs de file du parti ADN tiennent des discours différents de ce que nous servent habituellement les politiciens », soulève Joseph Herman Rakotoherisoa­niriana, directeur d’école et président du Conseil communal de la commune rurale de Tsaramasoandro dont Manerinerina est le chef lieu.

« Je ne vous laisserai pas seuls « 

12236413_1270268176332873_814979069_o
Partout où il est allé, Edgard Razafindravahy a pu constater de visu les difficultés auxquelles ses compatriotes font face au quotidien. « J’ai vu, dans tous les fokontany que j’ai visités, la pauvreté et les difficultés de la population. C’est pourquoi nous sommes ici. Nous sommes prêts à discuter avec vous et à échanger sur la manière dont nous pouvons agir ensemble pour changer les choses. Je suis là pour vous montrer que l’espoir est permis et qu’il ne faut pas baisser les bras », a souligné le leader de l’ADN.

«Il ne faut plus laisser les citoyens livrés à eux-mêmes. Il est temps que la politique se soucie enfin du bien-être et de l’intérêt de la population. il n’est plus question de faire de la politique un moyen pour s’enrichir ou pour prendre le pouvoir », a-t-il martelé dans ses discours. « N’ayez crainte, je ne vous laisserai pas seuls », a-t-il alors promis.
Les problèmes vécus par les habitants des localités visitées ont été passés au crible. Les questions d’énergie et d’électrification rurale, l’insécurité, la déscolarisation et les abandons scolaires, le manque d’accès aux services sociaux de base ont été au cœur des doléances des populations. Face à tous ces problèmes, Edgard Razafindravahy s’est dit prêt à « partager ses expériences et les secrets de sa réussite avec ceux qui sont prêts à prendre leur responsabilité ». « Les gens doivent être impliqués dans l’élaboration des politiques de développement. Ensemble, prenons nos responsabilités et agissons », a-t-il appelé.
Le chef de file de l’ADN a ainsi invité les populations des localités qu’il a visitées à élaborer un contrat social. « Nous devons avoir la garantie que nous sommes les artisans de notre propre victoire. Ce sont nos succès individuels qui seront la force de notre pays », a-t-il déclaré.

Textes: Rina Rasoava
photos : Jimmy Tsilo

ADN, c'est votre parti !