Formation ADN: La pauvreté n’est pas une fatalité!

Le parti « Arche De la Nation » a organisé une séance de formation pour ses membres engagés, à l’enceinte SITRAM Ankorondrano le samedi 11 juin 2016. L’objet de cette formation dispensée par Madame Elyane Rahonintsoa, géographe de formation, a porté sur le thème « Enjeux de la pauvreté à Madagascar».

13405514_250585661986889_685993321_o (1)

Lors de cette formation, ces chiffres ont attiré toute l’attention de l’assistance :
– en 2016 : Madagascar fait parti des 5 pays les moins avancés au monde (PMA), classé parmi les pays les plus pauvres du monde. Le PNB par habitant est de 350$ et 86% de la population vivent avec 3.000Ar par jour soit 0,80 euro

33336666666

Au-delà de ces chiffres, les constats rapportés par Mme Elyane Rahonintsoa sont édifiants :
– A Madagascar, les Malagasy vivent dans la misère, pourtant, les étrangers vivent aisément et confortablement.
– Les paysans vivent encore en autosubsistance. Et même avec cette méthode, ils ne peuvent pas satisfaire leurs propres besoins. Presque tous les ans, les paysans subissent la période de soudure. De ce fait, la sous-nutrition et la malnutrition dominent. Par ailleurs, il n’y a quasiment pas de travail. Les gens doivent vendre leurs récoltes à bas prix afin d’avoir plus d’argent pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Faute de cela, les gens ruraux préfèrent se rendre dans les villes.

fahantrana

Concernant l’alphabétisation, le taux de non-scolarisation est très élevé dans les zones rurales. Cela est dû au manque d’infrastructures, d’une part, les écoles ou lycées se trouvent à des kilomètres du village. Et d’autre part, l’ inexistence des bornes fontaines (les enfants doivent chercher de l’eau à des kilomètres).En outre, faute de moyens matériels dans leurs activités, les parents sont obligés de faire travailler leurs enfants dans l’agriculture et l’élevage au lieu de leurs envoyés à l’école.

– La différence entre les classes sociales domine à Madagascar. L’écart entre les nantis et les démunis est flagrant.
Notre intervenante a énoncé les raisons de cette extrême pauvreté de notre pays à savoir :
– Le manque d’entretien des infrastructures
– L’absence de la rigueur, de la discipline
– Le taux de chômage flagrant. Faute de cela, les jeunes trouvent d’autres passe-temps nuisant leur avenir (jeu, cigarette, drogue,…)

TANORA1111

– L’Augmentation du taux des secteurs informels (marchands illicites,…) qui anéantit l’économie du pays et affaiblit la pression fiscale.
Elle dénonce également la « fuite de cerveaux » de nos jeunes diplômés qui ne reviennent hélas plus au pays pour participer à son développement cela pour des raisons diverses notamment par manque de transparence et de volonté de la part de l’Etat envers ces jeunes.
Entre autres, notre intervenant a également parlé du :
– Manque des ressources financières (budget de fonctionnement des collectivités locales : régions, communes et fokontany.
– La non-transparence de la loi des finances
– La corruption
– Le taux d’intérêt des banques : Madagascar a un taux d’intérêts bancaires le plus chère au monde, allant vers 18%
– Le taux d’intérêt des microfinances est à 25 %
– La dépendance de la Justice
– Le manque de compétence des employés Malgache
– La lourdeur administrative

Lors de cette séance de formation, Mme Elyane Rahonintsoa a rappelé l’échec qu’a apporté le système à Madagascar. Ce système nous a conduits à une crise cyclique, l’instabilité politique et des dirigeants pratiquant des mauvaises gouvernances, du népotisme…

13405678_250585698653552_598520721_o

A partir de ce constat, elle a conclut que l’économie de Madagascar est dans une mauvaise posture faute du faible taux de production mais également du faible taux de la pression fiscale. Le pouvoir d’achat journalier des habitants est très faibles. La majorité de la population malgache vit dans la misère et sous le stress. En outre, les jeunes ne trouvent pas de travail et l’avenir des enfants en bas-âge est compromettant. Ces facteurs favorisent l’insécurité et la corruption.

fahantrana2

Malgré cette situation désastreuse, notre intervenante avance des solutions:
Tout d’abord, concernant la Constitution qui est la loi fondamentale à Madagascar. La question se pose: qui d’entre nous, parmi le peuple malgache, connait tous les articles de cette loi fondamentale? Afin que les communs des mortels puissent comprendre exactement ce qui a été dit dans la constitution, pourquoi ne pas faciliter sa compréhension? Voire même l’adapter suivant la réalité à Madagascar dans le but de développer le pays.
Par ailleurs, il faudrait mettre en place un Etat de Droit qui garantit une bonne gouvernance. Cela doit se faire par l’attribution des tâches à des personnes qualifiées “the right person at the right place” mais également à des personnes de bonne volonté, patriotes et prêtes à lutter contre la corruption.
La révision du système éducatif fait également partie des solutions avancées par Elyane Rahonintsoa. Nous devons adapter la formation suivant les emplois et la production. Nous devons également former les jeunes, les relèves sur l’éducation civique. Appuyer l’esprit d’entreprise et rendre les jeunes plus créatifs. Et surtout prioriser LA LANGUE MATERNELLE!
L’encouragement des acteurs œuvrant dans le secteur privé est primordial. Afin de les motiver dans entrepreneuriat, il faut réviser le taux bancaire.
Une conclusion a été tirée lors de cette formation. Elyane Rahonintsoa, la Géographe du sous-développement, a avancé que le développement ne doit pas se focaliser non seulement sur le domaine de l’économie à savoir le taux de croissance, mais il doit également toucher le domaine social. Nous devons voir de près les retombées sociales notamment la mise en avant de l’individu dont le respect des droits (droit de l’homme, droit à l’éducation, la santé, …)

13410434_250585885320200_1434888790_o

En outre, mettre en place les mesures adéquates pour la sécurisation des ressortissants malgaches et surtout pour mettre en valeurs les produits locaux. Rechercher également des stratégies pour l’instauration d’une société égalitaire.
Mme Elyane a cependant tenu à conclure cette intervention par une note positive :
– Pour une société stable et conviviale ainsi que la revalorisation de l’individu
– Pour un avenir meilleur à notre future génération
– Pour la conscientisation de tout un chacun dans le développement de sa communauté. Madagascar est un pays plein de ressources humaines, minières, terrestres, aquatiques mais seul le peuple peut décider de son développement.

13405096_250585625320226_1285515944_o

Notons que cette formation hebdomadaire a réuni environ 80 personnes dont des jeunes ADN très à l’écoute mais également actifs. Un débat de quelques heures a eu lieu lors de cette séance.
A la fin de la formation, il a été conclu que tous les membres engagés du Parti vont réfléchir sur ce thème et convaincre leurs concitoyens d’œuvrer ensemble dans le but de réduire le taux de pauvreté à Madagascar. A noter que le parti Arche De la Nation consacre une séance de formation pour ses membres engagés tous les mois avec l’intervention d’un expert. Nous remercions Mme Elyane Rahonintsoa pour son implication.

 

ADN, parti libéral démocrate Malagasy