Conférence des Jeunes ADN : « La jeunesse et la politique »

La « politique », difficile à aborder quand nous sommes en face des jeunes. Ce n’est pas seulement le cas de Madagascar mais presque dans tous les pays du monde. Certes, nous reconnaissons une avancée dans les pays développés sur la participation des jeunes à la politique, mais entendons-nous bien, les blocages existent bel et bien surtout dans les pays en voie de développement comme Madagascar.

DSC_1024

A l’occasion de la journée mondiale de la jeunesse et afin d’expliquer cette situation, étaler au grand jour ce désintéressement de la jeunesse face à la « politique », recevoir les opinions des jeunes sur ce sujet et surtout apporter des solutions, le mouvement des jeunes ADN a organisé une conférence débat, portant sur le thème : « la jeunesse et la politique : les enjeux et les blocages » qui a eu lieu ce 26 juillet 2017 à l’Aumônerie Catholique d’Ankatso. Les jeunes ont invité le professeur André Rasolo, professeur en sociologie politique, des jeunes étudiants, Fy Rapanoelina, Vice-Président de l’association des Etudiants de l’INTH, Michael Andriatsimba, Etudiant en sociologie et Andry Andriamandroso, enseignant chercheur et représentant des jeunes ADN.
Le déroulement de la conférence s’est fait en trois parties : les blocages qui empêchent les jeunes de devenir des acteurs principaux de la vie politique, les solutions pour que les jeunes s’intéressent à la politique et la séance de questions-réponses avec l’assistance composée de jeunes.

Lors de la conférence, les jeunes ADN ont projeté une vidéo recueillant l’opinion des jeunes universitaire sur la participation de la jeunesse à la politique. 4 sur 5 des jeunes interviewés sont tous désintéressés à la politique. Face à ce constat amer, André Rasolo a affirmé que le paysage politique à Madagascar est l’un des facteurs de blocages des jeunes. « Nous avons plus de 300 partis politiques à Madagascar et la majorité d’entre eux n’a pas de visions claire, ni d’une idéologie bien définie » : a-t-il ajouté. Un avis partagé par Fy Rapanoelina : « c’est la société qui empêche les jeunes de devenir des acteurs clés dans la vie politique ». Michael Andriatsimba, de son côté, a souligné que les jeunes n’ont plus confiance en la politique et surtout les politiciens vu les pratiques politiques malsaines qui se sont succédées.

Quant au représentant des jeunes ADN, Andry Andriamandroso, il a affirmé que le problème se situe dans le mode de fonctionnement des autres partis qui n’ont aucune formation pour les jeunes, ce qui n’est pas le cas du parti ADN. Au sein de l’ADN, la formation des jeunes est primordiale. Jeune bien formé équivaut à un jeune mieux éduqué et prêt à prendre des grandes responsabilités.

Face à ces blocages, les intervenants ont avancé des solutions afin de convaincre la jeunesse à s’intéresser beaucoup plus à la politique. Les 4 intervenants se sont mis d’accord sur l’importance de la formation, éducation dans les partis politiques. Le professeur André Rasolo a proposé la refonte de la structure des partis politiques à Madagascar. « Il faut le plus vite possible regrouper les partis de même idéologie et vision en un seul parti » a-t-il avancé.
Le jeune ADN, quant à lui, a avancé la structure du mouvement des jeunes ADN comme solution. « Ce mouvement incite les jeunes avec des idées mais pas de culte de personnalité. Au sein du réseau des jeunes ADN, les membres sont d’abord convaincus de la vision et de l’idéologie du parti. Nous avons déjà un plan d’action et nous sommes actuellement en pleine étude sur l’élaboration du programme des jeunes ADN. Nos membres suivent également des formations sur la vie politique, le leadership et sur tous les domaines qui touchent le monde politique » a ajouté Andry Andriamandroso.

Après l’intervention des participants, place à la séance de questions-réponses avec l’assistance. Des questions sur la participation des jeunes à la politique, les avantages de la jeunesse dans la politique et les missions des jeunes au sein d’un parti politique.
Nous remercions toutes les parties prenantes de cette conférence, surtout les intervenants.
A la prochaine !

 

Venez adhérer à ADN