adn

Réunion internationale – Edgard Razafindravahy évoque l’impunité à La Haye 

La réunion de la Commission des droits de l’homme du Libéral international a permis au leader national de l’ADN d’évoquer la culture de l’impunité. De fait, Madagascar figure parmi les pays africains qui en subissent les conséquences néfastes.

Edgard Razafindravahy a présenté, afin d’être débattue, la violation des droits de l’homme à Madagascar et en Afrique, par les agissements de ceux qui foulent aux pieds les lois fondamentales, n’étant pas du tout sanctionnés et se prévalant d’impunité. Le président national de l’Arche de la Nation (ADN) entend montrer par la pratique le fait d’être membre de la commission pour la défense des droits de l’homme au sein du libéral International (LI) en portant au plus haut degré des instances internationales la voix du peuple malgache.
De fait, Edgard Razafindravahy a défendu les droits de l’homme à Madagascar au  cours de la réunion de la Commission des droits de l’homme au sein du LI qui s’est tenue du 29 novembre au 3 décembre à La Haye (Pays-Bas). Il a insisté sur la nécessité absolue d’éradiquer la culture de l’impunité. Une résolution dans ce sens a ainsi été prise, laquelle sera présentée devant l’Union européenne et l’ONU. Edgard Razafindravahy estime, à juste titre, que l’existence de ces personnes qui s’arrogent l’impunité constitue un frein au développement du pays.
Le déplacement du président national de l’ADN a été aussi l’occasion de rencontres et d’échanges d’expériences avec diverses personnalités d’envergure internationales. On peut, par exemple,  mentionner ses discussions avec la juge Silvia Fernandez De Gurmendi, présidente de la Cour internationale contre les crimes (ICC), et les chefs d’État européens faisant partie de la Fédération des partis libéraux de l’Europe (ALDE) tels que Hans Van Balen, président de l’ALDE et député européen. La rencontre d’Edgard Razafindravahy a été particulièrement  chaleureuse.


Le chef de file de l’ADN a rencontré Zoran Sapuric, ministre de la Macédoine.

Diktat de l’impunité
En fait, trois points essentiels ont été débattus lors de cette réunion de la Commission des droits de l’homme au sein du Libéral international de La Haye, à savoir le droit international, les droits d’association et la liberté d’expression, et l’esclavage à but lucratif comme ce qui s’est passé actuellement en Lybie.
L’ADN a surtout mis l’accent, par l’intermédiaire de son leader national, sur l’existence de l’impunité en Afrique, en particulier à Madagascar. L’assistance a été particulièrement intéressée par l’exposé clair d’Edgard Razafindravahy lequel a démontré que la culture de l’impunité est un obstacle au respect des droits de l’homme.
Markus Löning, président de la Commission des droits de l’homme au sein du LI, en même temps député européen et vice-président de l’ALDE, a mis en exergue le caractère malsain de l’impunité lors du débat.
« Les catégories de personnes se prévalant de l’impunité font totalement de l’ombre au développement sous toutes ses formes car elles se croient être au-dessus de la loi. Les droits de l’homme sont bafoués, chez nous à Madagascar,  comme ceux qui ont été dépossédés de leurs terres, ceux qui endurent les violences et l’insécurité. Il y a détournement de deniers publics, jusqu’à  s’abriter dans le milieu politique afin de protéger et agir malhonnêtement, et tant d’autres malversations », a rapporté Edgard Razafindravahy.


La réunion a discuté le droit international, le droit d’association et la liberté d’expression, ainsi que l’impunité et l’esclavage.

Union européenne et Nations unies 
Les discussions ont été très ouvertes et intéressantes au cours de cette réunion de La Haye. C’est le cas effectivement pour le droit international, discussions au cours desquelles ont pris part d’éminents juristes internationaux comme Steven Van Hoogsgraten, de l’Institut de justice international de La Haye, ou Louisewies van Der Laan, député européen et spécialiste de doit international, ou encore Ilhan Kyuchyuk, membre du Parlement européen et vice-président de l’ALDE.
Des résolutions prises lors de la réunion seront présentées et remises à l’Union européenne et aux Nations unies en mai 2018. Des solutions ont été proposées pour le respect des droits de l’homme face à l’impunité, à l’esclavage en Lybie, et concernant le droit d’association et la liberté d’expression.

Volet économique
Lors de cette tournée internationale, Edgard Razafindravahy n’a pas manqué de se pencher sur d’autre sujets importants, comme le volet économique, ce afin d’apporter des expériences pour Madagascar. Ainsi, le concept de bonne gouvernance avait été longuement débattu à l’occasion la 199è réunion du comité exécutif du LI à Johannesburg (Afrique du Sud) en novembre dernier.
Le sujet a de nouveau été évoqué lors de la rencontre entre le leader de l’ADN et la présidente de l’ICC.
Par ailleurs, lors du congrès de l’ALDE, le respect de l’État de droit a été au centre des  discussions d’Edgard  Razafindravahy avec les chefs d’État des partis libéraux de l’Europe.


Entretien avec le Premier ministre luxembougeois, Xavier Bettel.

Ainsi, Xavier Bettel, Premier ministre du Luxembourg, a montré sa volonté d’aider le parti ADN et son chef de file dans sa lutte contre l’impunité. Les deux parties ont également évoqué  les solutions pour le développement économique du pays.
« C’est encourageant de constater l’intérêt que le Premier ministre du Luxembourg porte sur Madagascar », affirme le leader national de l’ADN.
Edgard Razafindravahy assistera et prendra part à diverses réunions au niveau international, en 2018, en tant que membre de la Commission des droits de l’homme au sein du LI. Il s’efforcera de défendre les droits de tous les Malgaches, pour que chaque citoyen soit effectivement le centre du développement du pays et qu’il ne soit plus victime des personnes se prévalant de l’impunité.

Avec Stevens Mokgalapa, président du parti libéral africain.

Andry Rialintsalama

Edgard Razafindravahy – «La bonne gouvernance constitue un choix délibéré»

Les débats stériles ont peu d’impacts sur le quotidien de la population. Les élections, la santé publique, l’inflation ou tout autre sujet brûlant reposent sur la bonne gouvernance impliquant tout un chacun.

Clair. Le parti Antoka sy dinan’ny Nosy/Arche de la nation (ADN) affirme la nécessité de la participation de tous pour le développement de Madagascar. Lors de son interview à la radio Antsiva hier, Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti ADN, a souligné l’importance de la bonne gouvernan­ce pour le progrès du pays.
Ce thème a été discuté à Johannesburg pendant le 199e meeting du comité exécutif de l’Internationale Libérale auquel Edgard Razafindravahy a participé vers la fin du mois d’octobre. Les échanges pendant cette réunion ont fait ressortir que la bonne gouvernance avait contribué au développement de plusieurs pays et il appartient aux Malgaches de choisir sa voie.
Le parti ADN pense local mais agit de façon globale. Dans le local, le parti ADN est à l’écoute du peuple à travers ses multiples déplacements même dans les zones enclavées. Des fokontany à l’échelle régionale, des contrats sociaux dinam-piarahamonina ont été érigés suite à diverses consultations et réflexions avec les acteurs à la base. Tout récemment, le parti a marqué sa rentrée politique à travers la grande marche pour la refondation à Ambongamarina Anjozorobe. Ces expériences visent la refondation de la Nation à travers le federalisma sahaza et servent d’arguments pour asseoir la notoriété du parti au niveau international. Ainsi, le parti ADN est, désor­mais, membre à part entière de la grande famille de l’International Libéral, un regroupement des libéraux du monde entier. Une marque de confiance à tel point que le chef de file du parti a été choisi parmi les vingt-deux membres constituant le comité de la défense des Droits de l’Homme au sein de cette grande organisation.
Dans son intervention à la radio Antsiva, Edgard Razafindravahy a insisté sur la nécessité de la refondation de la Nation. « Le monde est en pleine mutation. Ainsi, la façon de faire de la politique aussi doit suivre ce changement », affirme-t-il. Pour illustrer ses propos, il a pris l’exemple du mouvement La République en marche qui a reconfiguré totalement l’échi­quier politique en France. Cela permet l’apaisement et la stabilité politique.

Transparence
À Madagascar, la bonne gouvernance est un choix possible et faisable. « La bonne gouvernance veut dire servir et partager le meilleur de soi-même au lieu d’attendre et se servir. Elle traduit la volonté des dirigeants, des fonctionnaires, des magistrats, de la société civile,… et le peuple en général de refuser la corruption, de promouvoir le développement, d’agir dans la droiture et le respect. C’est un choix possible d’autant que le parti ADN a développé une stratégie pour y arriver», a-t-il continué.
La révision du cadre juridique des élections alimente les débats depuis quelques semaines. Dans son intervention, et dans le respect du principe de la professionnalisation de la politique, le parti ADN à travers son chef de file national, Edgard Razafindravahy, plaide pour la transparence des règles de jeu. « Cela conduira à l’apai­sement et la crédibilité des élections donc à la stabilité politique, clé du développement », a-t-il martelé. Ainsi, il exhorte chaque partie prenante à faire des concessions pour l’intérêt supérieur de la nation. « On ne peut pas être satisfait à cent pour cent. Je pense qu’il y avait suffisamment de consultations dans l’élaboration de ce cadre juridique des élections. Le pays ne survivra pas à une nouvelle crise postélectorale donc j’invite toutes les parties prenantes à réfléchir sur cette question », affirme Edgard Razafindravahy.
Le parti ADN continuera à faire l’interface entre le local à travers ses différentes tournées politiques et le global dans les réunions de haut niveau à l’international. Fin novembre, Edgard Razafindravahy, en sa qualité de membre du comité des droits de l’Homme à l’International Liberal, assistera à La Haye, à une réunion de haute importance sur les droits de l’Homme. C’est un pas de plus pour le parti ADN et pour Madagascar dans la défense des sans voix.

Andry Rialintsalama

Liberal International – Edgard Razafindravahy élu au comité des droits de l’Homme

Edgard Razafindravahy prend de nouvelles responsa­bilités au niveau de l’international Libéral.

En crescendo. Le parti Antoka sy dinan’ny Nosy-Arche de la Nation (ADN)  confirme  sa présence dans la cour des grands. Pour la seconde fois cette année, Edgard Razafindravahy a porté haut le flambeau de Madagascar sur la scène internationale. La 199ème édition de la réunion internationale des partis libéraux dans le monde s’est tenue au Radisson Blu Gautrain Hotel à Johannesbourg. En tant que membre de cette grande famille, la présence du parti ADN, représenté par son chef de file national Edgard Razafindravahy et le secrétaire général du parti Vola Rasoamanana à ce grand rendez-vous, est naturelle.

Vola Rasoamanana SG ADN
Le Sécrétaire Général du Parti ADN, Vola Rasoamanana avec le nouveau Secrétaire Général du Liberal International, Gordon Mack

Lors de cette réunion en Afrique du Sud, les participants ont planché sur « Les réponses libérales d’une meilleure gouvernance au XXI siècle ». En tant que l’un des réseaux les plus anciens et le mieux struc­turé dans le monde, les rencontres entre les membres de l’Interna­tional Liberal constituent un cadre d’échanges par excellence. Pendant les échanges, des panélistes aguerris en termes de gouvernance, sont intervenus. Il s’agit entre autres du président du Libéral International, Juli Minoves ; de l’ancien Premier ministre de la Guinée Cellou Dalein Diallo, du maire de Johannesbourg Herman Mashaba, du maire de  Tsshwane Solly Msimanga et d’Edgard Razafindravahy.

ADN_Edgard Razafindravahy
 Atelier sur « Les réponses libérales d’une meilleure gouvernance au XXI siècle »

Fort de la réussite de l’atelier sur l’environnement urbain au mois de mai à Andorre dont il a été le président, Edgard Razafindravahy acquiert de plus en plus la confiance de ses pairs dans ces grands rendez-vous. En tant que panéliste, il a mis en relief les valeurs que portent son parti pour une meilleure gouvernance à Madagascar, telles que mettre l’homme au centre du développement, les solutions par la base, la refondation de la Nation malgache, la responsabilisation, l’autonomie de toutes les collecti­vités (régionales, communales, fokontany) et ceci par un vrai partage du pouvoir par le truche­ment du federalisma sahaza. « Il faut restaurer les valeurs de la société malgache. Elle doit être fière et on doit lui donner de l’humanité. Pour cela, la refondation à travers le Federalisma sahaza est nécessaire », a-t-il soutenu.

Haute responsabilité internationale 
Edgard Razafindravahy, élu parmi les vingt-deux membres du Comité pour la défense des droits de l’Homme au sein de l’interna­tional libéral. « Je représente mes compatriotes dans ces réunions en haut lieu. C’est en toute humilité que j’accepte cette grande respon­sabilité », souligne ce dernier.
Une réunion de travail a commencé hier entre les membres du comité des Droits de l’Homme à Johannesburg en présence du Président du comité Markus Löning. D’autres réunions de travail auxquelles vont assister le Chef de file de l’ADN sont prévues à Capetown dans les prochains jours, organisées par l’Alliance Démocratique (DA) parti libéral de l’Afrique du Sud.

ADN_ Edgard Razafindravahy
Commission des Droits de l’Homme

L’ADN responsabilise la communauté locale

Le parti Antoka sy Dinan’ny Nosy-Arche de la Nation, traduit ses engagements en actions. En particulier, celles ayant trait à l’environnement.

Des déclarations aux actions. Edgard Razafindravahy a présidé un atelier sur l’environnement lors du Congrès de l’International Libéral, à Andorre. Les résolutions prises ont été recueillies dans un « Manifesto », un véritable fil conducteur de tous les partis libéraux du monde entier. En droite ligne avec les principes de ce document, le parti a mis en place le concept « Écolobus ». Il s’agit d’un projet itinérant visant à promouvoir des éco-gestes et des éco-responsabilités.
Fidèle à ses principes, notamment celle de la proximité, le parti ADN s’est déployé, hier sur la RN2. Il s’agit de ramasser les sachets plastiques dans trois localités, à savoir Ambohi­mangakely, Ambohimalaza et Nandihizana Carion. Avec cette action, l’ADN envoie un message fort aux consommateurs ainsi qu’aux riverains de la RN2 : la prise de responsabilité à travers de petites actions faisables, ne nécessitant pas de financement conséquent, mais qui apportent un mieux-être visible et immédiat.
À cœur ouvert
En parallèle, une approche particulière a été menée à Ambohimalaza en faisant appel à la responsabilisation des enfants, citoyens de demain, à travers un concours de dessin sur la protection de l’environnement. Il faut à la fois éveiller la créativité des enfants et les promouvoir en ambassadeurs de la protection de l’environnement, comme l’a été Edgard Razafindravahy lors du Congrès des partis libéraux à Andorre.

En pareilles occasions, l’ADN ne manque pas d’échanger avec la population sur la vie de la Nation. À cœur ouvert, les habitants de ces trois localités ont évoqué sans retenue les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien. À travers l’expression de leur lassitude, l’idée de la nécessité de la refondation de la Nation grâce au « Federalisma sahaza » est souvent évoquée. Une idée partagée par le parti ADN.
Les débats politiques portent actuellement sur la présidentielle et la révision de la Constitution. Le parti ADN sort du lot en menant des actions concrètes avec un argument selon lequel les problèmes locaux peuvent être résolus localement. Cela rejoint, par ailleurs, l’éducation pour et par tous, véhiculée à travers l’École de la vie « Sekoly ambony ho an’ny vahoaka », promu dans le « Federalisma sahaza » du parti ADN.
Par ailleurs, des actions sociales ont été faites lors de la descente de l’équipe sur la RN2. A savoir des concours de dessins pour les enfants. Les meilleurs dessinateurs ont reçu des cahiers ADN à l’occasion de la rentrée scolaire.

Andry Rialintsalama

Formation – De jeunes politiciens affûtés

Des jeunes issus de différents partis ont reçu leur attestation. Ils sont désormais prêts à affronter les réalités de la vie politique du pays.

Trente trois participants. C’est le nombre des jeunes qui forment  la troisième promotion de l’Académie des partis politiques (ADP), dont la sortie  a eu lieu hier, à l’Hôtel Colbert. Issus de différents partis politiques, ils ont obtenu leur attestation après six mois de formation. Avec leur attestation, ils ont reçu un exemplaire de la Consti­tution et un livre comportant les différents volets de la formation qu’ils ont reçue.
Plusieurs partis politiques ont été représentés par les trente trois participants de l’ADP. Entre au­tres, Malagasy Miara Miainga (MMM), Freedom, Arema, Tiako i Madagasikara (TIM), Hery Vaovao hoan’i Mada­gasikara (HVM) ou encore Mapar.
Jimmy Ranitratsilo, membre du parti ADN (Arche de la Nation – Antoka sy Dinan’ny Nosy) a participé à cette formation et a honorablement représenté son parti. Selon lui, il faut appliquer ce qui leur a été inculqué. « Tout ce que l’on nous a enseigné ici ne doit pas rester une simple théorie », affirme-t-il, avant de soutenir que « des résultats concrets prouveront toutes les connaissances que l’on nous a enseignés ».
Par rapport à la situation politique actuelle du pays, Jimmy Ranitratsilo invite les jeunes à avoir le sens de la responsabilité.
« J’incite tous les jeunes de Madagascar à prendre des responsabilités par rapport à la situation actuelle qui prévaut dans le pays. Nous savons que la Nation est dans une position plus qu’inconfortable et nous sommes l’avenir du pays », martèle-t-il.

Bénéfique en tous points

Emil Kirjas : « Notre objectif est de porter les libéraux au pouvoir »

Avant de quitter Madagascar, Emil Kirjas a fait une brève rétrospective de son séjour. Invité par le parti ADN, le secrétaire général de l’International Liberal affirme que son objectif est toujours de soutenir ses membres à accéder au pouvoir dans leur pays pour appliquer les valeurs du libéralisme, selon son secrétaire général.

• Quel est le bilan de votre séjour à Madagascar ?
– C’était une semaine extraordinaire. À mon arrivée, j’ai dit que j’étais ici pour connaître les opportunités et les possibilités à la disposition du parti libéral qui est En Marche, qu’est le parti ADN. Et je quitte le pays avec l’inspiration et la motivation que vraiment, après les élections de 2018, nous allons avoir un parti libéral au pouvoir, ici à Madagascar. Nous avons rencontré des militants extraordinaires du parti dans les villages, dans les villes, avec le bureau politique, et la présidence de parti. Nous avons discuté de la stratégie politique, créée et basée sur nos valeurs.
• Vous avez aussi rencontré le président de la République, de quoi avez-vous parlé ?
– Oui, nous avons aussi eu une rencontre avec le président de la République, où nous avons fait passer le message conjoint de l’International Libéral et du parti ADN. C’est-à-dire que pour nous, tous les partis politiques doivent avoir au cœur de leur politique l’intérêt de la Nation, et particulièrement le progrès et le développement de la population de Madagascar. C’était le message clair, présenté par le parti ADN et l’International liberal au chef de l’État. Nous avons, du reste, exprimé au président de la République, qu’il peut compter en tant que chef de la Nation, sur l’International Liberal. Que nous sommes là, prêts à assister cette nation. Comme vous le savez, l’International Liberal est une grande famille des partis libéraux. Que lorsque des partis libéraux sont au pouvoir, les nations sont En Marche. Vous avez des exemples de pays où les libéraux sont au pouvoir, et où le progrès et le développement du pays sont vraiment clairs et durables. Nous avons également dit au président de la République qu’avec la présence du parti ADN au sein de l’International Liberal, on a retrouvé Madagascar sur le « map », la carte politique du monde. Avant cela, l’on n’a connu Madagascar que comme un pays pauvre en Afrique. Avec la présentation que le chef de file national du parti a fait lors du dernier congrès de la fédération (en mai), nous avons vu une lumière.
• Pourriez-vous nous en citer quelques-uns ?
– Vous avez vu la grande victoire des libéraux au Sénégal, il y a une semaine. Là-bas, il y a une stabilité politique, le progrès et le développement. Il y a aussi la Côte d’Ivoire, où les derniers chiffres disent que le progrès économique du pays est de plus de 8%. En cinq ou six ans, la politique de la Côte d’Ivoire, basée sur les valeurs libérales menant à un progrès économique durable, permet aux habitants du pays de mieux vivre. Nous voulons faire la même chose ici, à Madagascar, avec le parti ADN. L’appartenance du parti ADN à la grande famille de l’International Liberal est la garantie que la politique du parti, lorsqu’il sera au pouvoir, sera pour l’intérêt du pays.
• À Madagascar, nous comptons dans les trois-cent formations politiques. Qu’est-ce qui différencie le parti ADN des autres, pour l’avoir admis comme membre de l’International Liberal ?
– C’est une question dont nous avons également discuté avec le président de la République. J’ai aussi expliqué cela lors de notre meeting à Soavinandriana. J’ai dit, écoutons le programme et regardons le logo du parti ADN. Il nous donne vraiment l’espoir qu’il y a une nouvelle force politique dans ce pays, qui a basé son programme par rapport à des valeurs libérales. Il n’est pas nécessaire que le mot libéral soit inscrit sur le nom du parti. Mais les valeurs, le programme présenté par le chef de file national du parti aux autres militants, à nous au sein de l’International Liberal, nous ont donné l’espoir qu’ici, nous pouvons vraiment mettre en place une politique libérale.
• Cela voudrait-il donc dire qu’aucun autre parti, à Madagascar, ne véhicule et défend réellement les valeurs libérales ?
– Peut-être qu’il y en a parmi ces trois-cents formations politiques que vous avez dit. Il y en a qui basent leur projet sur les valeurs libérales. Mais lorsque l’on parle de parti, il faut des projets réels. Est-ce que c’est un parti qui veut et peut réellement être au pouvoir Est-ce que c’est un parti qui, vraiment, peut mettre en œuvre ses projets Est-ce que c’est un parti qui est en connexion avec une grande majorité de jeune Ces qualités, nous les avons vues chez le parti ADN.
• Vous avez dit au début de notre entretien que l’appartenance du parti ADN à l’International Liberal est déjà une garantie sur le fait que le parti, lorsqu’il sera au pouvoir, travaillera uniquement pour l’intérêt du pays. Concrètement, qu’est-ce que ce statut implique ?
– Je vais vous répondre avec une question. Est-ce que vous accepteriez de vous installer dans une maison, où les relations entre les membres de la famille qui y résident ne sont pas claires Est-ce que vous allez vous installer dans une maison où il n’y a aucune règle, où aucun principe n’est respecté Bien sûr que non. C’est la même chose avec les investisseurs, c’est la même chose avec les amis politiques. Ils ne s’installent que dans les pays où le système politique, les valeurs politiques sont claires. Pourquoi nous sommes là pour affirmer la garantie avant les élections, mais aussi, après les élections que la politique suivie par le parti ADN est basée sur nos valeurs.
• Selon vous, quelles sont les chances du parti ADN pour les élections ?
– Les élections ne sont que dans quatorze ou quinze mois. Mais ce que je peux dire, c’est que j’ai trouvé ici un parti En Marche. On a vu des exemples dans d’autres pays du monde, où des mouvements nouveaux, dynamiques, clairs, avec aucun bagage de corruption, ou de mauvaise pratique politique passée, étaient aussi En Marche, quatorze ou quinze mois avant les élections. Beaucoup de personnes ont douté de la capacité de ces mouvements à gagner les élections. Les résultats ont été particulièrement positifs pour ces exemples. Nous croyons qu’il y a aussi cette opportunité à Madagascar. Et avec le parti ADN, nous devons la saisir.
• Le fait qu’il soit soutenu par l’International Liberal augmente-t-il les chances du parti ADN ?
– La réussite d’une campagne électorale dépend du travail du parti au sein de la population, des citoyens, des électeurs. Ce que nous pouvons faire est d’assister à la création de la stratégie et en matière d’échanges politiques pour avoir le meilleur programme politique à présenter à la population. Mais, ce sera à la population malgache de décider si la campagne électorale a été une réussite ou non.
• Pour Madagascar, quel est l’intérêt d’avoir un parti politique membre de l’International Liberal ?
– Notre objectif est toujours d’appuyer les libéraux à prendre le pouvoir, parce que lorsque vous êtes au pouvoir, vous avez l’opportunité de montrer la différence entre les formations qui suivent les valeurs du libéralisme et celles qui travaillent sans idéologie, ou qui véhiculent d’autres idéologies comme le socialisme, par exemple. En Afrique, la plupart des pays pauvres ont été dirigés par des socialistes. Nous sommes donc là pour prendre le pouvoir, pour changer la vie des personnes, pour avoir des populations riches et heureuses.