Droits humains – Edgard Razafindravahy fédère les principaux acteurs

Edgard Razafindravahy a rencontré les associations et Organisations non gouvernementales œuvrant pour la promotion des droits humains. Membre du comité des droits de l’Homme au sein du Liberal International, il propose une entraide avec les acteurs locaux.

Ouverture.
La promotion des droits de l’homme à Madagascar prend un nouveau départ. Edgard Razafindravahy, chef de file nationale du parti Antoka sy dinan’ny Nosy/ Arche de la Nation (ADN) a rencontré hier des organisations de la société civile œuvrant dans ce domaine. Élu à Johannesbourg en tant que membre de la Commission des droits de l’Homme (CDH) du Liberal International en octobre, il a poursuivi sa mission à La Haye (Pays Bas) en décembre dans une réunion de haut niveau sur les droits humains. Conjuguant le global et le local, il a invité les acteurs malgaches à la promotion des droits de l’Homme évoluant dans leurs secteurs de prédilection respectifs. «Vous écouter est pour moi d’une importance particulière. Notre mission est à la fois sacrée et grandiose. Je pense que les discussions, pendant cette séance, vont nous permettre d’avancer», souligne le commissaire des droits de l’Homme du Liberal International.

À travers les échanges, les participants ont effectué un tour d’horizon sur la situation à Madagascar. Il s’agit, entre autres, des droits de l’enfant, des femmes, des personnes en situation de handicap, des personnes âgées ou des sujets brûlants comme l’affaire Antsakabary ou l’incarcération de Clovis Razafimalala ainsi que les Iles éparses. Pour sa part, Edgard Razafindravahy a également partagé son vécu. «A travers mes tournées politiques, j’ai également constaté que la violation des droits de l’Homme est banalisée. Cette situation a motivé ma candidature dans cette commission pour que je puisse agir à la fois avec vous et à l’échelle internationale», a-t-il souligné.

Main tendue
Dans cette optique, le chef de file nationale du parti ADN propose une main tendue à tous les acteurs œuvrant pour la promotion des droits de l’homme. «Ensemble, nous pouvons agir d’une manière plus efficace», continue-t-il. Une idée qui a suscité l’adhésion des participants présents. «Je salue cette initiative de rassembler tous les acteurs dans ce domaine», répond Sammy Rabenirainy du SOS Village d’Enfants. «C’est une bonne initiative. Nous allons unir nos idées pour nous rendre plus forts», continue Arlette Ramaroson de l’Association Nosy Malagasy.
«Vous êtes déjà au sommet, vous pouvez nous servir de relais dans les hautes instances», poursuit Jean Cadet Randriantsarazoky de la FTMM.

À l’issue de la première rencontre, les participants ont décidé de s’entraider pour faire face aux différentes contraintes évoquées dans chaque domaine d’intervention. Pour confirmer cette adhésion, les participants se sont accordés un nouveau rendez-vous au mois de février. La réunion avec les organisations de la société civile d’hier est, ainsi, la première d’une série de rencontres. «Des milliers d’associations et ONG font des efforts inestimables pour promouvoir les droits de l’Homme. Parfois, elles travaillent de manière localisée. Ainsi, je les invite à nous rejoindre afin que nous puissions unir nos forces», conclut Edgard Razafindravahy.
Son agenda est fourni pour 2018. Edgard Razafindravahy assistera et prendra part à ces grands rendez-vous. Les plus proches sont ceux de février et mars à Genève.

Andry Rialintsalama

 

ADN, parti libéral démocrate Malagasy